Un petit frère pour Nina


Un petit frère pour NinaC’est l’histoire d’une presque-grande-sœur qui reçoit, chaque nuit, la visite d’un méchant-gros-cauchemar. Il lui murmure les pires choses : Nina va devoir céder sa chambre, partager ses jouets, et même…ses parents !

Déjà pas très enthousiaste à l’idée d’être grande sœur, la petite Nina voit l’arrivée du petit Théo un beau matin d’un très mauvais œil : ce petit frère « est pas joli », sent mauvais et hurle sans jamais s’arrêter… Le vilain cauchemar, quant à lui, chaque nuit, revient et ne cesse de grandir. Il grandit, grandit jusqu’à être énorme !!

Un petit frère pour Nina

Mais si Nina est plutôt une dure à cuire qui ne se laisse pas intimider, elle a du mal à se débarrasser de ce vilain monstre… jusqu’au jour où Théo, avec qui elle partage sa chambre, se met à hurler de tout son cœur, si fort qu’il casse les oreilles du cauchemar… qui finit par s’enfuir à toutes jambes!

Nina va avoir un petit frère, l'arrivée d'un petit frère

Nina va avoir un petit frère, l'arrivée d'un petit frère, l'arrivée d'une petite soeur, devenir grand frère, devenir grande soeur

Un joli album, magnifiquement illustré, qui met en images toutes les craintes du « Premier ». Pas besoin d’avoir lu Dolto pour comprendre que le monstre-cauchemar symbolise toutes les angoisses propres à l’arrivée d’un autre bébé : sentiment d’abandon, dépossession, jalousie, rejet… bla bla bla…
Beaucoup d’inconvénients finalement à être une grande sœur. Peu d’avantages… L’auteur ne contourne pas le problème et s’en donne à cœur joie : bébé pleure à longueur de temps, salit ses couches, monopolise l’attention… et le portrait dressé est sans complaisance. Mais la fin rassemble dans un même élan de triomphe le frère et la sœur, unis à jamais contre les forces du mal ! Une complicité s’est installée, une solidarité naissante, un sentiment tout neuf de…fraternité.
Morale : à un, c’est bien. A deux, c’est mieux.

Laisser un commentaire